L’odyssée de Jana – Dernière écluse et vivats

Les abords de l’Invadiare avaient changé.

Les abords de l’Invadiare avaient changé. La campagne et ses fermes dispersées firent place aux hameaux et bourgades. Les bourgades devenaient des villages, les villages des villes animées ; on sentait l’approche de la capitale et du terme du périple.

Distribution des rôles & lexique
Les trois héros :

Mucius : Pseudonyme – Déification d’un héros légendaire, symbole du courage

Promitor : Pseudonyme – Dieu de la distribution du grain

Fontus : Pseudonyme – Dieu des puits et des sources

Jana : Royaume pluriséculaire fondé en l’honneur de la déesse Jana, protectrice des portes et des gonds. Île isolée du monde moderne. Nom de la capitale de l’île

Les Janiens Ou Indigetes : Peuple de Jana

« di indigetes » : Catégorie de dieux de la Rome antique. Dieux d’origine de la religion et de la mythologie romaine primitive. Ils personnifient les activités quotidiennes et les valeurs romaines originelles. Plus largement, avec Sol, ceux qui montrent la voie.

Invadiare : Etymologie latine du verbe engager. Fleuve qui prend sa source dans les Montagnes de Jana, traverse ses plaines, alimente en son embouchure la capitale, pour se jeter dans la mer

Sol : Dieu solaire primitif chez les Romains

Conseil des Sols : Assemblée des prêtres et prêtresses de Jana dont cinq sont chargés d’initier les postulants à la citoyenneté janienne.

Quirinus : Prêtre. Siège parmi les Sols, représentant le Dieu protecteur de l’Etat

Vervactor : Prêtre. Siège parmi les Sols. Représentant le Dieu du premier défrichement et des jachères

Fama : Prêtresse. Siège parmi les Sols.Représentant la Déesse de la réputation et de la rumeur

Honos : Prêtre, siège parmi les Sols.Représentant le Dieu des honneurs et des charges militaires

Terminus : Prêtre, siège parmi les Sols.Représentant le Dieu des frontières

Vica Pota : Prêtresse. Siège parmi les Sols.Représentant la Déesse de la Victoire

Navis : Navire typique de l’époque romaine – avec avirons aussi bien qu’avec voiles – qu’on employait dans une flotte pour tout ce qui devait être fait promptement : pour croiser, pour exécuter une reconnaissance, pour porter un message…

Phalère : Petite parure métallique remise aux légionnaires romains pour leurs actes de bravoure

Flamen Cerialis :Fêtes célébrées en l’honneur de la déesse Cérès, de l’agriculture, des moissons

Terminus – Dernière écluse et vivats : entretenir la flamme

Les abords de l’Invadiare avaient changé. La campagne et ses fermes dispersées firent place aux hameaux et bourgades. Les bourgades devenaient des villages, les villages des villes animées ; on sentait l’approche de la capitale et du terme du périple.

* * *

Terminus se tenait sur la cinquième écluse avec derrière lui Quirinus, Vercator, Fama et Honos.

* * *

Quirinus, Vervactor, Fama et Honos savaient que Terminus ne se contenterait pas de leurs rapports. Il représentait les frontières.

Les quatre phalères déjà gagnées montraient que Mucius, Promitor et Fontus remplissaient, presque, les conditions essentielles.

* * *

A Jana, tous cultivent la reconnaissance. La reconnaissance est le carburant de la transformation. C’est tout simplement « ENTRETENIR LA FLAMME ».

La citoyenneté janienne gratifiait la capacité qu’on avait eu à distribuer ce carburant autour de soi au fil des projets menés.

Obtenir la cinquième phalère, et donc cette citoyenneté, n’était finalement qu’un titre de reconnaissance pour un parcours managérial mené de bout en bout de main de maître, au sens où l’on entendait « main de maître » à Jana.

* * *

Le carburant de la reconnaissance est rarement utilisé dans le monde moderne. La reconnaissance est un acte quotidien : il faut savoir remercier authentiquement et sincèrement, féliciter, mais aussi donner du temps et investir dans le développement des collaborateurs.

* * *

Vervactor prit la parole :

« Engager avec le cœur et l’esprit. Quel carburant faut-il pour activer, obtenir, nourrir cela ? A Jana, pour être admis citoyens, il faut répondre à ceci : « Remerciements, reconnaissance, félicitations : possédez-vous ces qualités ? »

« Messieurs, montrez-moi que vous avez su nourrir le dévouement de vos troupes ? »

Fontus, Mucius et Promitor exposèrent leur manière d’entretenir la flamme.

Fontus :

« J’accorde une grande importance à la reconnaissance dans ma façon de manager mes équipes. J’estime, au fil de ma carrière, avoir beaucoup évolué pour passer d’une « comitologie » élevée à une vraie maturité managériale qui consiste à s’appuyer sur les compétences en place pour, comme on le dit à Jana, réussir à distinguer le temps qualitatif, du temps quantitatif et du bon moment ».

« Le temps qualitatif, c’est se « perdre » dans les couloirs, pour saisir l’informel et être à même de réagir de la façon la plus pertinente possible. Ce temps qualitatif m’a permis de porter un regard plus riche sur les personnes et d’utiliser ce regard pour mieux les remercier, de façon circonstanciée. « Entretenir la flamme », maintenir une force d’entraînement, est venu de ma capacité à donner un merci juste, équitable et perçu comme vrai ».

« Pour moi, cette attention plus humaine est un facteur de motivation extrêmement puissant dans les équipes. Pour moi, la reconnaissance est un véritable levier d’engagement ».

Mucius :

« Je suis aussi un adepte du distingo : temps qualitatif, temps quantitatif, bon moment ».

« Pour moi, la confiance est un engrenage vertueux. Ce rapport à l’équipe permet de changer le regard sur l’exercice des responsabilités et ainsi de libérer du temps utile pour du vrai management, qualitatif.

Ce fonctionnement par la confiance, nécessaire dans un contexte de grande mobilité de tous les membres de l’équipe, m’a conduit à travailler toujours de manière plus agile et à me concentrer au maximum sur les sujets à traiter ».

« La confiance me semble être le meilleur signe de reconnaissance pour entretenir la flamme ».

« Je les jette dans la piscine avec la perche, mais sans bouée. C’est toi qui va faire et qui sera responsable. Tout en restant proche pour répondre à leurs questions ».

« J’accorde également de l’importance à la célébration des victoires, qui, dans ma mission, sont les ouvertures de nouvelles franchises ».

Promitor :

« On ne fera pas l’Union Postale de demain sans vous » est le slogan de la reconnaissance utilisé dans l’immense chantier de transformation auquel j’ai contribué. Cela s’est traduit en actions pour façonner l’Union Postale de demain avec les collaborateurs d’aujourd’hui. Concrètement, un véritable plan d’accompagnement et de formation a été mis en place pour distiller une nouvelle posture managériale aux mille six cents directeurs de secteur et plus largement former l’ensemble des agents. Ce plan est un engagement de reconnaissance pour les efforts fournis, que nous renouvelons chaque année en fonction des nouvelles priorités ».

* * *

Terminus, autour duquel Quirinus, Vercator, Fama et Honos se serrèrent, salua Mucius, Promitor et Fontus.

Lui, Fama et les trois autres prêtres étendirent ensuite leurs bras au-dessus de la navis qui les portait et prononcèrent d’une même voix : « Soyez désormais les bienvenus à Jana ».

Ils descendirent de l’écluse qui s’ouvrit alors sur le port de la capitale où une foule bigarée, joyeuse et enthousiaste de Janiens remplissait les quais, grouillait sur les navires pavoisés de mille couleurs amarrés dans le port.

Leur arrivée se combinait avec le début des « flamen cerialis », les prodigieuses fêtes de Jana, qui, chaque année, célèbrent non seulement les récoltes, les moissons mais aussi ceux qui avaient contribué à la gloire de Jana : ses prêtres et prêtresses, ses « oiseaux rares » et ses champions.

Etaient aussi célébrés tous les Ambassadeurs de l’esprit de Jana : penseurs, écrivains et dirigeants venus de tout le monde moderne

Et enfin les nouveaux citoyens victorieux de l’Odyssée.

Dans la foule, tous, et surtout ceux qui avaient eu eux-mêmes à prouver leur bravoure, applaudissaient à tout rompre Mucius, Promitor et Fontus.

Soudain, tout se figea dans un grand silence.

Vica Pota, la grande prêtresse des Sols fit son apparition, arborant tous les attributs de son pouvoir sur le royaume de Jana.

Comme Quirinus, Vercator, Fama, Honos et Terminus, elle portait le nom d’une déesse primitive : celle de la victoire et de la réussite.

* * *

Elle prit la parole :

« Citoyens de Jana, je déclare ouvertes les deux mille seizième « flamen cerialis » de Jana. »

« Fêtez, réjouissez-vous ! »

* * *

Signalant de sa main Mucius, Promitor et Fontus à la foule, elle poursuivit :

« Jana accueille aujourd’hui trois nouveaux citoyens, qui au cours des cinq épreuves rituelles, ont prouvé leur capacité à mener à bien leurs projets avec la seule arme de la réussite : l’engagement »

« Jana démontre aujourd’hui encore, comme depuis des siècles, la force des convictions qui portent son peuple : cap, collisions, champions, victoires et flamme. Ce sont les piliers de notre esprit d’engagement. »

* * *

Vica Pota se tourna solennellement et majestueusement vers Mucius, Promitor et Fontus, pour leur remettre l’ultime phalère.

Encore plus imposante et brillante que les quatre précédentes.

* * *

Ainsi,
Au son des vivats de la foule,
Mucius, Promitor et Fontus
Furent faits citoyens à part entière de Jana.