2021, l’année où les licornes technologiques s’envolent

Les Fintechs françaises ont réalisé une année 2021 record. Avec plus de 2,3 milliards d’euros de levée de fonds, les jeunes pousses technologiques ont su s’imposer dans une année marquée par la crise sanitaire. L’attractivité de ces start-ups a permis de positionner la France dans le Top 3 des places les plus dynamique d’Europe et dans le Top 10 du Monde. Cela représente un record absolu, propulsant les Fintechs en tant que secteur leader des licornes françaises, selon Alain Clot, président-fondateur de France FinTech*.

Comment expliquer cette croissance ?

Tout d’abord, ces dernières années, les fintechs connaissent un accroissement des investissements en capital-risque. Les investisseurs américains et asiatiques injectent des sommes de plus en plus conséquentes, propulsant les fintechs françaises dans le Top 3 des secteurs de prédilection des fonds de capital-risque, derrières les services Internet.

La France peut également compter sur son positionnement européen stratégique. Longtemps derrière la capitale anglaise, la France espère aujourd’hui se propulser en tant que réelle place stratégique en raison du Brexit. Pour cause, la France dispose de deux atouts désormais : une réglementation favorable et un passeport européen qui facilite les échanges avec l’Union Européenne.

L’environnement réglementaire est également favorable à cette croissance. Une régulation et une réglementation enclines à l’innovation technologique : l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) ont mis en place des dispositifs pour soutenir le secteur de la Fintech. Certaines réglementations ont imposé aux banques l’obligation de partager certaines données permettant aux Fintechs de bénéficier de ces informations. Cet effet « d’open banking » a notamment permis de créer des services innovants, avec une capacité à personnaliser les offres en fonction de la segmentation des clients.

Enfin, le contexte actuel est propice au modèle d’affaires des fintechs. L’optimisation devient la norme : optimisation de notre temps, optimisation de notre argent, bouleversements sociétaux et culturels… Les particuliers et, plus majoritairement, la génération Y sont adeptes des offres de service des Fintechs. Ces services innovants plus rapides que les acteurs traditionnels et à moindre coût ont développé leurs gammes autour de l’expérience client.

Entre crises financières, rupture digitale, cryptomonnaie et évolution réglementaire, les Fintechs s’imposent dans le monde de la finance et bouleversent les modèles d’affaires de la banque et de l’assurance. Dans cette atmosphère de coopétition, ces nouvelles technologies qui allient innovation, flexibilité et efficacité sont des alternatives intéressantes pour les banques et assureurs traditionnels. Leur faculté à innover, à optimiser l’expérience client, à être agile sont des atouts que les acteurs historiques envient.

Les perspectives de ces jeunes pousses technologiques pour l’année 2022 s’annoncent tout autant florissantes. En janvier seulement, 1091M d’euros ont été levés en 17 opérations. Deux nouvelles licornes se sont également ajoutées : Qonto et Spendesk. De bon augure pour l’année 2022, qui pourrait espérer voire naître une « pentacorne » (valorisation supérieure à 50 milliards$).

* France FinTech : Association à but non-lucrative promouvant l’excellence des fintechs en France et à l’étranger