L’odyssée de Jana – 3ème écluse : mobiliser ses champions

Celle qui, parmi les membres du Conseil détenait le pouvoir de juger la réputation et la rumeur, avait hâte de rencontrer Mucius, Promitor et Fontus.

Celle qui, parmi les membres du Conseil détenait le pouvoir de juger la réputation et la rumeur, avait hâte de rencontrer Mucius, Promitor et Fontus. Elle les attendait, perchée sur la troisième écluse.

Distribution des rôles & lexique
Les trois héros :

Mucius : Pseudonyme – Déification d’un héros légendaire, symbole du courage

Promitor : Pseudonyme – Dieu de la distribution du grain

Fontus : Pseudonyme – Dieu des puits et des sources

Jana : Royaume pluriséculaire fondé en l’honneur de la déesse Jana, protectrice des portes et des gonds. Île isolée du monde moderne. Nom de la capitale de l’île

Les Janiens Ou Indigetes : Peuple de Jana

« di indigetes » : Catégorie de dieux de la Rome antique. Dieux d’origine de la religion et de la mythologie romaine primitive. Ils personnifient les activités quotidiennes et les valeurs romaines originelles. Plus largement, avec Sol, ceux qui montrent la voie.

Invadiare : Etymologie latine du verbe engager. Fleuve qui prend sa source dans les Montagnes de Jana, traverse ses plaines, alimente en son embouchure la capitale, pour se jeter dans la mer

Sol : Dieu solaire primitif chez les Romains

Conseil des Sols : Assemblée des prêtres et prêtresses de Jana dont cinq sont chargés d’initier les postulants à la citoyenneté janienne.

Quirinus : Prêtre. Siège parmi les Sols, représentant le Dieu protecteur de l’Etat

Vervactor : Prêtre. Siège parmi les Sols. Représentant le Dieu du premier défrichement et des jachères

Fama : Prêtresse. Siège parmi les Sols.Représentant la Déesse de la réputation et de la rumeur

Honos : Prêtre, siège parmi les Sols.Représentant le Dieu des honneurs et des charges militaires

Terminus : Prêtre, siège parmi les Sols.Représentant le Dieu des frontières

Vica Pota : Prêtresse. Siège parmi les Sols.Représentant la Déesse de la Victoire

Navis : Navire typique de l’époque romaine – avec avirons aussi bien qu’avec voiles – qu’on employait dans une flotte pour tout ce qui devait être fait promptement : pour croiser, pour exécuter une reconnaissance, pour porter un message…

Phalère : Petite parure métallique remise aux légionnaires romains pour leurs actes de bravoure

Flamen Cerialis :Fêtes célébrées en l’honneur de la déesse Cérès, de l’agriculture, des moissons
Fama – Troisième écluse : mobiliser ses champions

Celle qui, parmi les membres du Conseil détenait le pouvoir de juger la réputation et la rumeur, avait hâte de rencontrer Mucius, Promitor et Fontus. Elle les attendait, perchée sur la troisième écluse.

* * *

Fama, belle prêtresse fine aux longs cheveux noirs, savait combien la qualité des messages reçus dépend de la qualité des messagers.

Pour toute transformation, une fois le cap fixé, une fois les actions à mener identifiées, il faut que les éléments de compréhension de cet ensemble soient portés par les meilleurs diffuseurs possibles, les « oiseaux rares » et la mise en œuvre confiée à des champions : les managers.

* * *

Un ancien Janien, Malcolm Gladwell, pour répandre la culture de Jana dans le monde moderne, en a adapté la philosophie. Il a beaucoup écrit et l’un de ses travaux, « Le point de Bascule », fait référence.

Il y évoque les « oiseaux rares », des êtres relationnels, très bons connecteurs, dont on peut se servir pour diffuser les messages.

Certains d’entre eux maîtrisent les données, ont connaissance des bonnes idées, des bons produits et surtout se font un plaisir de les partager avec leur entourage.

Dans les entreprises du monde moderne, ils sont pourtant souvent considérés comme des personnes improductives car, par exemple, elles passent beaucoup de temps à bavarder avec les autres.

Mais Fama, quant à elle, apprécie et connait toutes ces personnes au flair précis et aux pouvoirs d’influence. Elle en fait usage pour accélérer la propagation de chaque nouvel élan.

* * *

Dans le monde moderne, à la suite de Malcolm Gladwell et d’autres penseurs de type janien, il est admis que pour réussir une transformation les « champions » doivent tenir un rôle important, en particulier ceux de la ligne managériale.

Pour porter une transformation, il faut attendre des managers qu’ils fassent évoluer leurs pratiques, qu’ils se montrent davantage exemplaires, qu’ils mettent en place le management de la confiance – ce qui revient à abandonner certains fonctionnements.

Cela ne va pas de soi.

Les managers se positionnent spontanément en freins ou en moteurs. Il est donc essentiel de les embarquer le plus rapidement possible en les dotant des moyens nécessaires pour mettre en œuvre et faire avancer la transformation.

* * *

Fama savait ce que Mucius, Promitor et Fontus avaient dit dans les épreuves précédentes. Elle leur expliqua qu’elle les jugerait sur le principe de la troisième clef de l’engagement : la manière de « MOBILISER SES CHAMPIONS ».

* * *

Promitor engagea ses comparses à entamer la discussion en disant qu’une fois qu’on avait le « pourquoi » – la vision, le cap – et les grandes lignes de son déploiement, il fallait s’attacher au « qui».

Sur qui s’appuyer pour qu’une mise en œuvre réussisse ?

Dans son équipe, Fontus compte des personnes extrêmement brillantes. Ces profils de Bac + 5 à Bac + 10, avec plusieurs années d’expérience, sont capables de mener à bien des projets techniques très complexes

Pour lui, c’est à eux qu’il faut accorder une attention de tous les instants.

Il a dû faire évoluer sa pratique managériale pour les mobiliser. C’est à dire, renoncer au micro-mangement : observer, contrôler étroitement le travail pour aboutir à un contrôle excessif donnant trop d’attention aux détails.

Pour valoriser chacun de ses collaborateurs pour le rôle qu’il joue dans l’équipe : un rôle autonome qui ne peut être tenu par personne d’autre, Fontus a privilégié trois axes.

Il a d’abord travaillé à nouer un contact étroit avec ces profils très pointus : non seulement avec ses N-1, mais aussi avec les N-2 et N-3.

Il leur a offert de s’exprimer régulièrement sur différents sujets et permis ainsi de libérer leur parole.

Il a aussi travaillé à reconnaître leur capacité à atteindre leurs objectifs voire à les dépasser de manière autonome.

Promitor approuvait d’autant plus facilement cette méthode qu’elle avait été un des principaux leviers de la transformation de l’Union Postale.

Pour engager le changement, l’Union Postale s’est assurée que la vision était bien comprise de toute la ligne managériale, celle du siège, mais aussi celle des cinquante-deux régions.

« Pour celles-ci, nous avons joué la carte de l’incitation : se doter chacune d’un mini-plan stratégique visant trois ambitions : devenir un vecteur de la conduite du changement, améliorer la qualité de service et améliorer la qualité de vie au travail ».

« L’Union Postale a par ailleurs porté une attention particulière aux directeurs régionaux qui, dans le plan de transformation, se trouvaient au croisement d’objectifs à la fois commerciaux et de mise en place de transformations majeures très élevés. La césure observée entre la ligne commerciale et la ligne d’excellence opérationnelle a conduit à créer une troisième ligne : celle de la transformation. Nous leur avons adjoint des directeurs régionaux de la transformation, dotés des leviers idoines : ressources humaines, finances, sûreté, qualité de service voire risques, pour leur permettre d’aller plus vite ».

Pour lui cependant, un savant dosage doit être trouvé entre l’autonomie de mise en œuvre et le prescriptif : à quel point mettre une pression par le pilotage pour aider les directeurs régionaux de la transformation à travailler l’engagement de leurs collaborateurs.

Pour créer les conditions du changement, il y avait la manière Fontus, la manière Promitor. Mucius quant à lui, avait eu la possibilité de choisir lui-même ses champions. Il illustra sa méthode par la métaphore :

« Au sein du parc naturel qu’est Libretis, j’ai commencé par construire une volière pour protéger mes champions et éviter, en phase de décollage, qu’ils ne soient happés par le moteur de l’avion. Certains sont naturellement venus voir de quoi il s’agissait, mais je me suis aussi promené au sein du « parc » pour en identifier d’autres. Je voulais disposer du savoir et du savoir-être de personnalités curieuses et motivées. »

« Encore une fois, j’ai choisi d’aller à contre-courant de la culture interne ; parce qu’à mes yeux, pour cette création d’activité, les critères importants étaient l’envie, la curiosité et la personnalité.

Par exemple, d’une personne concernée par le plan social en cours, après vingt ans à divers postes chez Libretis, on me disait qu’elle avait « tout fait et rien fait en même temps ». J’ai choisi de retenir qu’elle avait tout fait.

Quand elle m’a demandé quel serait son titre, je n’ai pas su quoi répondre. Elle a d’ailleurs régulièrement changé de titre et m’a finalement fait savoir qu’elle souhaitait devenir « business developper ».

Dans la mesure où elle ne savait pas ce qu’était un business plan, je lui ai proposé de commencer par acquérir cette compétence et de co-construire avec moi un business plan complet pour l’ouverture de 6 magasins à la Réunion. Je l’ai laissé présenter elle-même le projet au Comex alors que je partais en vacances au ski.

J’ai ainsi exprimé mon entière confiance à ma collaboratrice tout en la protégeant devant le Comex à qui je faisais savoir que je restais totalement responsable du projet. Le projet a été entièrement validé.

A l’aune de cette réussite, je demandais aux Ressources Humaines de la promouvoir business developper. »

* * *

Fama était ravie de ce qu’elle avait entendu. Ces récits témoignaient d’expériences dont l’esprit ralliait parfaitement ce qui était enseigné à Jana.

Dans la conduite de leurs projets, Mucius, Promitor et Fontus avaient tout à la fois su exposer clairement leur vision, permis à leurs collaborateurs de travailler ensemble à sa mise en œuvre et aux talents de s’exprimer.

* * *

Un projet de transformation connu et agrée par tous a toutes les chances de réussite. Fama récompensa d’une troisième phalère Mucius, Promitor et Fontus qui avaient, chacun à leur manière, compris et appliqué ce principe. Ils avaient en commun de s’être largement appuyés sur leurs managers. Ils avaient su mobiliser des champions pour favoriser la réussite de leur projet.

De réussite justement, Mucius, Promitor et Fontus allaient bientôt devoir en parler.

* * *
La troisième écluse s’ouvrit